Classification des météorites - Allmeteorite

Aller au contenu

Menu principal

Classification des météorites


Il existe 3 types de météorites :

les pierreuses (92% des météorites)
les métalliques (6% des météorites)
les mixtes ou métallo-pierreuses (2% des météorites)


Dans la catégorie des pierreuses, il existe les chondrites (formées de chondres)
et les achondrites (qui n'ont pas de chondres)


I) LES CHONDRITES
 
a) Les chondrites ordinaires (groupes H, L et LL) :

Les chondrites ordinaires représentent à elles seules 80% des météorites découvertes sur terre.
Elles sont constituées de petites billes appelées chondres qui se sont accumulées les unes aux autres.


Classification

Teneur en métal

Chondrite H  (high iron)

15 à 25%

Chondrite L (low iron)

7 à 15%

Chondrite LL (Amphotérites)
(low iron, low metal)

3 à7%



Les chondrites ordinaires ont subi un métamorphisme de température qui est noté de 3 à 7, plus le nombre est élevé, plus la météorite a subi un métamorphisme important.

Pour un métamorphisme niveau 3, la météorite a également subi un métamorphisme aqueux.


Type

Caractéristiques

Type 3

Chondres très bien définis (rare)

Type 4

Chondres bien définis

Type 5

Chondres encore visibles matrice recristallisée

Type 6

Chondres difficilement visibles matrice recristallisée

Type 7

Texture cristalline (très rare)



b) Les chondrites carbonées (groupe C) :

Ce sont les météorites les plus primitives, elles sont classées en fonction de leur concentration en carbone et en oxygène. Les noms des météorites carbonées ont été déterminés en fonction de plusieurs chutes servant de référence.
Une partie des météorites carbonées ont la particularité d'avoir été transformées par un métamorphisme aqueux. Les météorites carbonées dont la classification métamorphique est notée de 1 à 3 ont subi ce type de métamorphisme. Le degré 1 est le degré le plus métamorphisé par l'eau, c'est pourquoi les CI qui sont de type 1 ne possèdent pas de chondres, disparus sous l'action de l'eau.
Les CM et les CR sont de type pétrologique 1 ou 2,  les CV, les CO et les CH de type 3
(le degré 3 correspond aux météorites qui ont subi un métamorphisme aqueux et de température très faible).
Les CK ont un type pétrologique de 3 à 6 (après le type 3 le métamorphisme est de température, plus le nombre est élevé plus la météorite a subi une température élevée).


Classification

Caractéristiques

Chutes de référence

Chondrite CI

Très primitive, pas de chondres visibles, carbone 3 à 5%, présence d'eau 20 %, composées organiques, type très rare

Météorite d'Ivuna (Tanzanie) tombée le 16 décembre 1938 (704g)

Chondrite CM

Présence de chondres, riche en composés organiques

Météorite de Mighei (Ukraine) tombée le 18 juin 1889 (8kg)

Chondrite CR

Agglomérat de chondres primitifs liés par du carbone pur

Météorite de Renazzo (Italie) tombée en 1824 (1000g)

Chondrite CO

Petits chondres, peu d'eau 1%, quelques grains de métal

Météorite d'Ornans (France) tombée le 11 juillet 1868 (6kg)

Chondrite CV

Présence de gros chondres, riche en inclusions blanches (CAI)

Météorite de Vigarano (Italie) tombée le 22 janvier 1910 (16kg)

Chondrite CK

Présence de chondres, silicates sombres, métal absent

Météorite de Karoonda (Australie) tombée en 1930 (41,730kg)

Chondrite CH

Riche en métal

Météorite ALH 85085
trouvaille en 1985 (11,9g)

Chondrite CB

Abondance en métal, présence de sphères métalliques

Météorite Bencubbin (Australie)
trouvaille en 1930 (118kg)



c) Les chondrites à enstatite (groupe E) :

On les sous-divise en deux groupes, le groupe EL et le groupe EH en fonction de leur teneur en fer.

d) Les Rumuritites (groupe R):

Représentées par la météorite Rumuruti tombée au Kenya en 1934.

e) Le groupe Kakangari (K) :

Représenté par la météorite Kakangari tombée en Inde en 1890.


II) LES ACHONDRITES :

Elles ne représentent que 8% de toutes les météorites et sont dépourvues de chondres.

a) Le groupe des HED :

Ce groupe comprend les Howardites (How), les Eucrites (Eu) et les Diogénites (Dio).
Les HED sont les plus nombreuses des achondrites (6%).
On suppose que ces météorites proviennent de la croûte d'un astéroïde appelé Vesta.

b) Les Ureilites (URE) :

Elles peuvent contenir du diamant et sont très difficiles à scier.

c) Les Aubrites (AUB) :

Elles sont claires et contiennent des minéraux inconnus sur Terre.

d) Les Angrites (ANG) :

Elles sont très rares, certains scientifiques pensent qu'elles proviennent de Mercure.

e) Le groupe des S.N.C. :

Ces météorites proviennent certainement de Mars, elles sont représentées par trois
météorites (Shergotty, Nahkla, Chassigny), qui ont donné leur nom à ce groupe.

f) Les météorites lunaires (LUN) :

Elles sont plus chères que les météorites martiennes, mais on est sûr de leur origine
par comparaison avec les échantillons raménés de la Lune par la Nasa.

g) Les achondrites primitives :

Dans ce groupe il y a les Brachinites (BRA, représentées par la météorite Brachina trouvée en 1974), les Lodranites (LOD, représentées par la météorite Lodran chute de 1868), les Acapulcoïtes (AL représentées par la météorite Acapulco chute de 1976) et les Winonaïtes
(WIN représentées par la météorite Winona trouvée en 1928).


Dans la catégorie des métalliques appelées encore sidérites, il existe les Octaédrites, les Ataxites et les Hexaédrites.


a) Les Octaédrites :

Ce sont les sidérites les plus nombreuses, l'attaque à l'acide nitrique d'une face polie de ce type de météorite permet de voir apparaître une structure appelée figure de Widmanstätten.

b) Les Ataxites :

Elles n'ont pas de structure de Widmanstätten visible à l'oeil nu.

c) Les Hexaédrites :

Si on attaque leur surface à l'acide chlorhydrique un réseau de bandes appelé bandes de Neumann peut apparaître.


Dans la catégorie des mixtes ou métallo-pierreuses, il existe les Pallasites et les Mésosidérites composées d'un mélange de silicate et de métal.


a) Les Pallasites :

Elles sont très esthétiques en tranche fine et polie car elles contiennent des grains cristallisés d'olivine. C'est l'allemand Pallas qui a pour la premère fois découvert ce type de météorite en 1775 en Sibérie.

b) Les Mésosidérites :

Elles proviennent probablement tout comme les HED de l'astéroïde Vesta.

 
Retourner au contenu | Retourner au menu